You're viewing all posts tagged with Bruce Springsteen

Morceau du jour : Bruce Springsteen, Dancing in the Dark (1984, album Born in the USA)

Parce que 1984 voit Bruce Springsteen sortir son septième album, Born in the USA. Parce que cet album et la tournée qui l’accompagne vont le faire changer de statut ; il est l’un des meilleurs rockers de son temps, il devient une méga-star mondiale. Parce que tout commence par un premier extrait sorti un mois avant l’album, Dancing in the Dark. Parce que ce morceau tranche avec le répertoire habituel de Springsteen, et cela lui réussit. Parce que ce morceau devient le plus gros hit de sa carrière. Parce que la vidéo qui l’accompagne est réalisée par Brian de Palma. Parce qu’on peut y voir une jeune fille monter sur scène et danser avec le Boss ; si elle n’est pas encore très connue à l’époque, Courtney Cox deviendra une vedette une dizaine d’années plus tard grâce à la série Friends. Parce que ce single marque pour Springsteen le début d’une période de deux ans d’un succès démesuré, en termes de tournée et de ventes de disques. Parce que ce morceau était classé numéro 2 aux États Unis il y a 30 ans.

Morceau du jour : Bruce Springsteen, High Hopes (2013, album High Hopes)

Parce que Bruce Springsteen sort cette semaine son dix-huitième album, High Hopes. Parce que c’est le dernier disque en date d’une carrière discographique entamée début 1973, il y a 41 ans. Parce que l’annonce de ce nouvel album avait surpris tout le monde tant il vient tôt après la tournée Wrecking Ball qui a rempli les stades et salles de concert du monde entier en 2012 et 2013. Parce que de fait, les morceaux qui composent l’album ont été enregistrés sur la route ou proviennent de sessions plus anciennes, mais forment disque cohérent et réussi. Parce que le morceau titre de l’album est sorti fin 2013, et trouve le Boss en pleine forme, capable encore de surprendre agréablement son public après sa longue carrière. Parce que ce morceau, ainsi que d’autres sur l’album, accueille Tom Morello, ancient guitariste de Rage Against The Machine et nouveau collaborateur du Boss.

Morceau du jour : Bruce Springsteen & the E Street Band, Land of Hope and Dreams (2001, album Live in NYC)

Parce que ce jeudi 4 juillet c’est la Fête Nationale des États Unis d’Amérique. Parce que Bruce Springsteen est venu nous rendre visite et a triomphé au Stade de France samedi dernier. Parce qu’il a écrit il y a quelques années Land of Hope and Dreams, une chanson sur son pays le décrivant comme une terre d’espoir et de rêves, dans la grande tradition historique de la nation américaine. Parce que ce si ce morceau n’a été enregistré que récemment pour le dernier album en date du Boss, Wrecking Ball, il est apparu en concert lors de la tournée rétrospective fleuve que Springsteen et son E Street Band ont effectué en 1999 et 2000. Parce que le sommet de cette tournée fut une série de concerts à New York, dont l’un fut enregistré pour une sortie discographique et vidéo l’année suivante. Parce que c’était là l’acte de naissance de ce grand morceau devenu un classique des concerts du Boss depuis une douzaine d’années.

Morceau du jour : Bruce Springsteen, One Step Up (1987, album Tunnel of Love)

Parce que Bruce Springsteen avait sorti à l’automne 1987 son album Tunnel of Love, dont les chansons, comme le titre l’indique, tournent autour des thèmes de l’amour, du couple, des espoirs et des désillusions. Parce que le troisième extrait de cet album était One Step Up, une ballade désenchantée. Parce que ce morceau a connu un certain succès aux États Unis au printemps 1988.

Morceau du jour : Bruce Springsteen, Tunnel of Love (1987, album Tunnel of Love)

Parce que Bruce Springsteen avait sorti à l’automne 1987 son huitième album, presque 15 ans après son premier qui était sorti début 1973. Parce que cet album déclinait sur ses morceaux des histoires en rapport avec l’amour, et se nommait Tunnel of Love. Parce que c’était l’album qui avait suivi le phénoménal succès de son Born in the USA qui avait vu Springsteen triompher pendant deux années entières, battant à cette occasion tous les records. Parce que le morceau éponyme était sorti en second single, et avait connu un joli succès au début de l’année 1988.

Morceau du jour : Bruce Springsteen, Death to My Hometown (2012, album Wrecking Ball)

Parce que ce jeudi 5 juillet, Bruce Springsteen poursuit son étape à Paris, après un premier concert le 4 juillet qui a généré des comptes-rendus enthousiastes et prometteurs pour la soirée du lendemain. Parce que ce soir, je suis dans la salle pour réentendre les standards du Boss et découvrir sur scène les morceaux du dernier album, prétexte à cette tournée. Parce que sur ce derniers album se trouve ce morceau, Death to My Hometown, sur les dégâts infligés par la crise économique, et il a tout pour être un excellent candidat à un grand morceau de concert.

Morceau du jour : Bruce Springsteen, 4th of July, Asbury Park (Sandy) (1973, album The Wild, the Innocent & the E Street Shuffle)

Parce que c’est aujourd’hui le 4 juillet, la Fête Nationale américaine, c’est l’occasion d’écouter l’un des très grands musiciens que nous a donné ce pays, celui que l’on surnomme le Boss, Bruce Springsteen. Parce que ce dernier joue ce soir à Paris dans le cadre de son Wrecking Ball Tour. Parce que sur son deuxième album, Bruce Springsteen sortait cette belle ballade qui est devenue l’un des grands morceaux de son répertoire. Parce que cette chanson narre une histoire d’amour dans le New Jersey, sur les terres natales de Springsteen, un 4 juillet de la fin des années 60 ou du début des années 70. Parce que la version présentée ici permet de retrouver le regretté Danny Federici à l’accordéon, qui accompagna Springsteen pendant 40 ans avant de disparaitre d’un mélanome en 2008. Parce que la fin de cette vidéo est une jolie séquence rendant hommage à ce musicien trop tôt disparu.

Morceau du jour : Bruce Springsteen, We Take Care of Our Own (2012, album Wrecking Ball)

Parce que parmi les grands retours de cette année 2012, il y a celui du Boss : Bruce Springsteen a en effet sorti un nouvel album en début d’année, et quel album ! Parce que cet album, Wrecking Ball, renoue avec les grandes heures du Boss, que les albums récents, bien de qualité, avaient perdues de vue. Parce que le premier single fut ce We Take Care of Our Own, véritable hymne à la solidarité lors de périodes troubles. Parce que ça fait rudement du bien de retrouver le Boss en pleine forme. Parce qu’il nous rendra visite à Paris début juillet, et que je serai là pour l’applaudir.

Morceau du jour : Bruce Springsteen & The E Street Band, Jungleland (1975, album Born to Run)

Parce que les fans de Bruce Springsteen ont appris ce matin au réveil une bien triste nouvelle, la disparition de Clarence Clemons, appelé familièrement le “Big Man” du fait de son imposant physique, le saxophoniste qui accompagnait le Boss depuis 40 ans. Parce que plus qu’un simple musicien, c’est vraiment l’âme du E Street Band qui disparait, tant ses parties de saxophone avaient de l’importance dans une partie du répertoire de Springsteen. Parce que pour honorer sa mémoire, ce morceau Jungleland est un bon choix, du fait de la présence d’un fabuleux solo de sax de plusieurs minutes en plein milieu, qui donne à entendre Clarence “Big Man” Clemons dans un de ses morceaux de bravoure. Parce que ce long morceau de rock épique comme le rock ne nous en donne plus depuis longtemps clôturait le mythique album Born to Run, il y a déjà 35 ans… Parce que cette interprétation date de 2009, et constitue certainement l’une des dernières fois où le sax de Clarence Clemons l’interpréta. Parce que je me souviens de ma joie indescriptible quand j’ai entendu ce morceau en concert lorsque je suis allé voir Bruce Springsteen et son E Street Band à Bercy fin 2007 ; c’était un bonheur de fan qui se réalisait…

Morceau du jour : Bruce Springsteen, Save My Love (2010, album The Promise)

Parce que c’est le Boss, et que pour moi toute nouvelle sortie de sa part est un évènement. Parce que l’album The Promise qui sort ce mois-ci est constitué d’un trésor retrouvé, à savoir des morceaux issus des sessions de l’album Darkness of the Edge of Town mais non retenus pour l’album. Parce que Bruce Springsteen était à cette époque-là au top de sa créativité, et que pour avoir déjà entendu des chutes de studio de cette période, je sais qu’on y trouve de nombreuses pépites. Parce que cette vidéo est sortie aujourd’hui, et c’est un bonheur que de la découvrir.